mercredi 17 juillet 2019

Carte de notre parcours


Où sommes-nous ? Where are we ?

                                           
Claude en tenue de combat 
                                                         Carte de Terre-Neuve

4 juillet 2019  On arrive à Port-aux-Basques sur Terre Neuve. Page en cours ➽ ici
27 juin 2019  Route vers Terre-Neuve par le sud. Malchance pour les insectes piqueurs qui pullulent cette année: maringouins, mouches noires et brûlots. 
Page Québec  ➽ ici
9 juin 2019  On entre au Québec. Visite de Montréal. 
1er juin 2019  On entame notre 24ième année sur les routes en visitant les Chutes du Niagara. 
13 mai 2019  Incroyable cette migration des parulines! Des milliers s’arrêtent dans ce Magee Marsh pour se reposer. Ouvrir ici: http://lagrandemigration.blogspot.com/2015/07/usa.html
29 avril 2019  Pour cette dernière étape aux USA, nous cherchons quelques oiseaux dans le centre puis dans l’est: Colorado, Kansas, Nebraska, Iowa jusqu’à Toledo en Ohio.
2 avril 2019 En pleine forme pour reprendre la route d’abord vers Yosemite pour deux chouettes, puis vers le Québec pour la dernière fois.
7 mars 2019  On se repose encore en Suisse jusqu’à fin mars. MJo va de mieux en mieux.
20 décembre 2018 Retour en urgence en Suisse. Problèmes de santé pour MJo. Le Japon est annulé.
10 décembre 2018 Encore un petit tour au Nouveau Mexique en attendant notre vol pour le Japon.
28 novembre 2018  Ouf, après 11 jours de tractations avec le Japon, nous avons un camper minivan pour nos 125 jours de visite. Avant notre vol Las Vegas-Tokyo, nous cherchons encore quelques hiboux récalcitrants.
3 novembre 2018  Dixième tentative à la loterie de Kanab pour la Vague de pierre que Claude aimerait revoir. Echec. Nous allons à la loterie pour Coyote Buttes South et avons le permis. Voir Arizona2
15-30 octobre 2018  La Corée et le Japon viennent de tomber à l’eau car la Corée refuse la permission de circuler, à un véhicule suisse. On est entrés sans problème pour la dixième fois aux USA avec une nouvelle autorisation de 6 mois. Descente vers le sud à travers les Etats de Washington, Oregon, Utah où l'on s'arrête de nouveau
16 septembre 2018  Cette fois, c'est décidé, on va faire route vers le sud. Aucune aurore de forte intensité n'est prévue pour les semaines prochaines. La page Yukon est à jour. Cliquer ➽Yukon  et ➽ British Columbia
6 septembre 2018  Après trois aurores boréales de faible intensité, nous partons sur le Canada, sur Dawson City. De belles aurores boréales sont prévues entre le 8 et le 14 septembre. Cliquer ➽ Alaska_sud pour les aurores / Alaska_nord
22 août 2018 Ciel étoilé près de Glennallen. On voit notre première aurore boréale, de force faible, mais quel spectacle!
21 août 2018  Il pleut encore. On s’occupe à la bibliothèque publique de Wasilla. Pas de chance pour les aurores boréales avec un ciel couvert.
15 août 2018  Nous sommes à Fairbanks, Alaska. Il pleut de nouveau. On est des clients assidus de la bibliothèque en attendant... les aurores boréales.
2 août 2018  A Hyder, les saumons ont bien 3 semaines de retard. Les grizzlis n’avaient pas commencé à pêcher.
17 juillet 2018  Par le chemin des écoliers, nous avançons vers Hyder, Alaska. Nous sommes à Prince George et commençons à  nous battre contre les moustiques.
10 juillet 2018  Nous venons d’entrer au Canada et allons monter vers Hyder pour revoir les ours pêcher le saumon.
2 juillet 2018 Visite de Glacier NP et retour vers l’Idaho. La page Montana est à jour.
16 juin 2018  Nous sommes venus à Cody, Est de Yellowstone, pour assister à un powwow. La page Wyoming est à jour.
1er juin 2018  C’est l’anniversaire de 22 ans de voyage, départ le 1er juin 1996. On est toujours en forme et prêts pour quelques années de plus. On a quitté définitivement l’Utah, l’Etat que nous avons préféré. Notre page Utah 4 est  jour:
https://lagrandemigration.blogspot.com/2018/05/v-usautah-4_10.html Nous sommes au Colorado pour quelques jours.
18 mai 2018 L’Utah a encore quelques sites que nous n’avons pas visité. Red Top était au top!
1er mai 2018 Retour à Kanab pour une 7ème tentative à la loterie pour la Wave en Arizona. J’ai gagné une place et l’ai généreusement donnée à Claude pour les 10km de balade.
13 avril 2018    De retour aux USA, nous allons remonter vers le grand nord canadien en passant par l’Utah.
26 mars 2018  Bali, c’est fini. La page Bali Ogoh-Ogoh est à jour sous ce lien: https://lagrandemigration.blogspot.com/2018/03/bali-ogoh-ogoh.html et Bali 2018: https://lagrandemigration.blogspot.com/2018/04/iii-bali-2018.html
3 mars 2018  Nous voici à Bali pour un mois. La page Myanmar est à jour: https://lagrandemigration.blogspot.com/2018/02/myanmar.html
7 février 2018  On est maintenant au Myanmar pour 27 jours soit jusqu’au 28-2-2018. L’internet est lent, impossible de mettre à jour notre blog.
31 janvier 2018  Singapour, une ville hors de l’ordinaire que nous parcourons pendant 2 semaines. La page Singapour est à jour: https://lagrandemigration.blogspot.com/2018/01/singapore.html
13 janvier 2018 Après une semaine à Chiang Rai, vol vers Bangkok, puis le 17, vers Singapore. Notre blog avec la page Nord Thaïlande, est à jour sous ce lien: https://lagrandemigration.blogspot.com/2018/01/iv-thailandechiang-mai-chiang-rai.html
5 janvier 2018  Encore bloqués à Chiang Mai. MJo soigne une grippe et une mauvaise bronchite attrapées en Chine. 

vendredi 5 juillet 2019

I. CANADA_TERRE-NEUVE


Carte Terre-Neuve ou Newfoundland
Terre-Neuve est une île beaucoup plus grande que ce que nous pensions. Elle fait 405.000 km2, les 2/3 de la France qui en a 640.000. La Suisse est 10 fois plus petite avec 41.000 km2.


Itinéraire: 04-7-2019: Signes mauves: Cape St. Mary Ecological Reserve, St Vincent pour les baleines, Mistaken Point Ecological Reserve pour les fossiles, St John's la capitale
Itinéraire: 17-8-2015: Signes jaunes: Ferry North Sydney à Port aux Basques, Codroy Valley Parc Provincial, Elliston dans Péninsule Bonavista, Bonavista, King's Cove, St Pierre et Miquelon, Ste Catherine, Phare de Cape Race, Middle Cove, Parc Naturel Gros Morne et Bonne Bay, Western Brook Pond, Arches Parc Provincial, Port au Choix et Pointe Riche, Conche, l'Anse aux Meadows, Flowers Cove, Labrador A/R, French Shore.


FERRY: North Sydney à Port-aux-Basques 17-8-2015 et 4-7-2019
Coût 2019: 42 cad p.p. senior et 120 cad pour le véhicule. Total: 133€ pour une traversée de 6 heures. On peut acheter le passage directement au terminal environ 3 heures avant.

Un autre ferry va directement à l'est de Terre-Neuve, à Argentia. Il nous aurait coûté 307€ et 15 heures de traversée. 


Assez rapidement, nous parcourons les 920 km depuis Port-aux-Basques jusqu’aux rochers des fous de Bassan. 

Aucun animal le long de cette longue route bordée de forêts: ni orignal, ni porc-épic, ni ours, mais des moustiques et des mouches noires. Des Centres d’Informations touristiques très fréquents avec cartes routières gratuites, Wifi, WC et même de l’eau potable.

Cape St. Mary's Ecological Reserve  📷   24-8-2015 et 8-7-2019
L'une des plus belles Réserves de Terre-Neuve pour les oiseaux de mer. Le meilleur moment pour les visites, c'est la dernière semaine de juin et les deux premières de juillet.
Il faut marcher sur 1,400 km pour arriver aux rochers où nichent 70.000 fous de Bassan. 
Quand un conjoint arrive, le couple se salue en faisant dansant leur cou l’un autour de l’autre, les montant verticalement, se mordillant la nuque puis s’inclinant tous les deux en même temps.
Pour se nourrir, l’oisillon tapote le bec du parent revenu de la pêche. Cela incite l’adulte à se pencher le bec ouvert, pour que son petit puisse aller chercher au fond de sa gorge, de la nourriture prédigérée.
C’est un enchantement d’être si proches sans les déranger puisque nous sommes de l’autre côté de leur rocher. Souvent, le vent est violent, mais le soleil radoucit la température. Dès qu’on approche, on entend des milliers de cris et l’on sent l’odeur du guano.
                                               Une offrande pour le confort de son nid  ↑
                   Pour signaler à son conjoint qu'il va partir en mer, le fou dresse son cou. ↑
En vol, un adulte ↑ un juvénile ↓
                                                           Envergure de leurs ailes: 170cm
Les derniers fous de Bassan quitteront leur rocher en octobre pour aller vers l'Europe et l'Afrique pendant un an. Un fou a été retrouvé au Portugal 5 jours après avoir été bagué ici. Les adultes reviendront nicher exactement sur le même nid et les nouveaux adultes devront chercher un emplacement libre.

                            Dans les rochers à proximité, les Petits Pingouins ou Razorbill. ↑ ↓
                                                             Petit Pingouin / Razorbill  ↑
                                                   Marmette de Troïl / Common Murre  ↑ ↓
                                                    Mouette tridactile / Black-legged Kittiwake ↑
Autour du Centre touristique de Cape St. Mary, un renard peu farouche.
On peut même dormir la nuit sur leur parking, Wifi et WC à disposition.

Ce site n’est pas idéal pour les baleines car elles passent au loin. C’est pourquoi, la ranger nous a conseillé d’aller les voir à St Vincent car elles approchent tout près de la plage.
 Dans les tourbières, la sarracénie pourpre, une fleur carnivore comme expliqué plus bas↓
Pour compenser la pauvreté de la toundra, ces plantes sont carnivores. Elles piègent les petits insectes qui ne peuvent pas ressortir à cause du duvet à rebrousse-poil sur les pétales. C'est la sarracénie pourpre.


St Vincent  10-7-2019
St Vincent est à 150 km à l’est. C’est un site extraordinaire pour les baleines à bosse ou Humpback Whale, car elles viennent tout près de la plage grâce à la profondeur de l’eau. Certains jours de juillet, c’est la folie car elles pêchent en groupe sous nos yeux. D’après plusieurs touristes, c’est le meilleur point de vue des baleines si l’on ne s’offre pas de croisières en bateau. Toutes ces photos ont été prises depuis la plage. Les plus proches étaient à 20 m de nous.
Un immense parking accueille les visiteurs, mais avec le temps, nous nous sommes rendus compte que 3 km à l’est, à St Stephens, la fosse marine est plus profonde, les baleines plus actives et plus nombreuses, mais peu de place de parking. C’est à ce gps: 46.770738, -53.616193
Elles étaient entre 30 et 50 baleines les 8-9-10 juillet, à patrouiller le long de la plage avec leurs baleineaux. 
Mais le quatrième jour, une ou deux croisaient tranquillement devant la plage, c’est tout. Le grand groupe était parti pour le nord pour y passer l’été. L’hiver prochain, elles iront se reposer dans les Caraïbes.
Entre 18.00 et 20.00h, c’était spectaculaire. On pouvait voir très souvent jaillir de leurs évents un jet de gouttelettes d’eau qui produisaient même un arc-en-cielElles grognent aussi, on les entendait même en mangeant dans notre camper sur le parking.
On les entendait souffler très fort l’eau contenue dans leurs évents, de grosses narines. Elles étaient tellement proches qu’on devait nettoyer nos lunettes et l’objectif photo des gouttelettes de leur souffle et que l'on sentait leur odeur peu plaisante que la brise nous renvoyait. 

Mieux vaut ne pas savoir combien Claude a fait de photos et combien il en a liquidées pendant les trois jours qu’il a passés en compagnie de ces belles dames dont il est tombé en amour. Impressionnantes en poids: 30.000 kg et en longueur: 15m., elles sont la puissance et la grâce conjuguées.
On a même vu plusieurs baleines tisser un filet de bulles pour emprisonner les capelans. Elles remontent toutes en même temps, leur énorme gueule grande ouverte.
                                                            ↑  3 têtes  ↓  2 têtes
La mâchoire supérieure à g. est plate. La mâchoire inférieure roée à dr. est une grande poche qui se dilate suivant la quantité de nourriture capturée. On voit ↑ ↓  l'évacuation de l'eau.
On voit  ↑  les fanons qui vont filtrer la nourriture.
   ↑   Deux têtes: à dr. le palais rosé d'une bouche grande ouverte
On les voyait taper de la queue  ↑ ou des nageoires ↓ cinq fois de suite. Méthode de chasse pour rassembler les poissons.
Parfois, elles sautent en sortant leur 30 tonnes de l'eau. Quelle puissance !
C’est la pêche miraculeuse. Les goélands, mouettes, sternes et fous de Bassan se gavent de capelans. Les fous se laissent tomber comme des bombes sur les bancs. Des tonnes de capelans sont la proie indispensable d’une longue chaîne alimentaire. Sans capelan, les baleines, les morues, les oiseaux de mer crèveraient de faim.
Ce capelan est une femelle reconnaissable à son ventre rosé qui était rempli de 10.000 oeufs qu’elle a déposés sur la plage. Souvent, elles meurent après le frai.
Les capelans ont un mois de retard. Chaque année, ils arrivent plus tard pour frayer. Pourquoi ce cycle ancestral se dérègle-t-il?
Les locaux attendent aussi les capelans pour en faire de la friture. Ils patrouillent la plage en quad. Grrr...


En Argentine, à Valdes, nous avions aussi vu des baleines de très près. C’était extraordinaire, mais ici en plus, elles se nourrissent, c’est donc beaucoup plus vivant. A Valdes, ce sont des baleines franches au régime car il n’y a pas de krill dans les eaux chaudes. Elles y passent l’été pour élever leur baleineau avant de migrer vers le pôle sud pour se nourrir.
Malheureusement, cette extraordinaire photo n'est pas de Claude. Elle nous a été envoyée par Marius, un ami canadien. Elle a été prise en Alaska, à Sitka lors d'une sortie kayak.


Mistaken Point Ecological Reserve pour les fossiles   12-7-2019
Cette réserve protège les plus vieux organismes fossiles du monde. Ils ont 580 millions d’années. Ils ressemblent à des fougères ou des algues mais ce ne sont pas vraiment des plantes et pas vraiment des animaux. Ils sont éteints mais leur plus proche descendant est la plume de mer.
C'est sur ces strates qu'ont été identifiés les fossiles.
Une visite guidée est obligatoire. Coût: 23 cad soit 15€ p.p. Marche sur 6 km. Durée: 2.30h.
A notre avis, qui n’est pas un avis de spécialiste, c’est intéressant sans plus, car les fossiles visibles ne sont que des empreintes très usées par le temps. 
Le Petit Pinguoin et le Macareux moine nichent aussi dans cette réserve de Mistaken Point.

Phare de Ferryland     14-7-2019
Joli bivouac non loin de ce phare ↑ avec vue imprenable sur les îlots alentour. Claude trouve même un beau bolet en montant au phare.

St John's, la capitale  📷   29-8-2015  et  17-7-2019
Très jolie ville étagée depuis le port sur l'Atlantique vers les collines, avec de superbes maisons de maîtres blotties dans les arbres et de longues rues aux maisons plus simples mais multicolores.
Pour le bivouac du soir du 29-8-2015, on trouve un parking le long d'un lac dans une zone très habitée. Claude part faire une balade et revient avec 1 kg de girolles juste derrière les maisons. Quelle chance que les anglais préfèrent les fast-food aux délicieux cadeaux de la nature !
St John's dans la brume du matin
Les habitants de St John's aiment les couleurs, avec raison.

St John’s, Quidi Vidi   16-7-2019
C’est un ancien petit village de pêcheurs devenu un lieu touristique.


Codroy Valley Provincial Park  📷 18.8.2015
Sentiers pour balades. Marais, forêts, castors, oiseaux, petits fruits.


Elliston, péninsule Bonavista  📷 20.8.2015
Route excellente de Port-aux-Basques à Elliston. Cette péninsule est à 300km au nord de la capitale St John’s.

OUF ! les macareux moines sont encore là. Ce sont les mêmes adorables oiseaux qu'on a vus en Islande, mais c'est encore un immense plaisir de les observer. 
                                               Le village d'Elliston et les îlots à macareux

On a eu beaucoup de chance de voir atterrir 2 petits curieux à 5 m. de nous.
Depuis le mois d'avril, les macareux occupent les terriers qu'ils ont creusés parfois jusqu'à 2 m. sous terre pour y déposer leurs œufs. Maintenant, à fin août, les jeunes sont prêts à partir en mer où ils resteront pendant 5 ans, avant de revenir sur ce même rocher pour nicher. Leurs parents ont pêché sans relâche les capelans, petits poissons argentés qu'ils serrent par grappes en travers de leur bec pour revenir au nid. Autour des nids veillent les goélands prédateurs qui attendent un petit imprudent ou l'un des parents auxquels ils font lâcher la becquée.

Les celliers ou caves à légumes ont 200 ans pour certains. Ce sont des constructions ingénieuses des habitants de ce village, pour protéger leurs pommes de terre, carottes et betteraves qu'ils cultivaient alentour, une protection autant contre le gel pendant l'hiver que la chaleur pendant l'été. Certains celliers sont encore employés.

En fin d'après-midi, on s'éloigne un peu pour dormir et à peine parqués dans un coin sauvage de broussailles, on découvre un choix de petits fruits: blueberry ou bleuet, framboise, partridgeberry, bakeapple ou plaquebière et la belle crackerberry, couleur corail, belle, comestible mais assez peu de goût. Cuisson 3 minutes avec un peu de sucre. Petit déjeuner au poil le lendemain matin !


Bonavista  📷  21.8.2015
Ce beau phare de Bonavista a guidé les pêcheurs depuis 1843 et pendant 100 ans. Il a été remis en état pour devenir un musée. Sur un rocher non loin, une colonie de macareux moines, un peu trop éloignée du bord pour les photos.
                Non loin du phare, le Dungeon, deux arches creusées par les vagues



Ce phare tout blanc est à King's Cove. Il a été construit en fer en Angleterre et ramené en pièces détachées dans ce port en 1893. 
Belle côte découpée en allant au phare. Fleurs, champignons, baies le long du sentier.



Îles de St Pierre et Miquelon
Nous aurions bien été acheter une baguette et un Camembert en France, mais il faut laisser le véhicule à Fortune sur Terre-Neuve et faire une heure de traversier. (Ferry)
St Pierre et Miquelon ne sont qu'à 25 km des côtes. 6000 français vivent sur St Pierre et 600 sur Miquelon. 

En 1504, les premiers pêcheurs bretons viennent pêcher la morue. Au lieu de rentrer en France durant l'hiver, certains ont commencé à coloniser tout l'est du Canada. En 1713, Louis XIV cède aux anglais les deux îles, les colonies et l'Acadie. La France conserve le droit de pêche de la morue dans les Grands Bancs de Terre-Neuve, mais interdiction aux français de s'y installer. Changement de politique en 1816 après des années de disputes franco-anglaises. Les anglais rendent les deux îles à la France. En 1904, les français renoncent à leurs droits de pêche dans les Bancs de Terre-Neuve contre des terres en Afrique. Si Louis XIV avait soutenu les colons français,  le Canada serait-il français ?

Ste Catherine  25.8.2015
On se choisit un coin tranquille pour la nuit. A peine sortis du véhicule, on voit des framboises. Pendant la cueillette, Claude s'approche de la forêt et des girolles pointent leur nez dans la mousse. Coulis, confiture et le lendemain, omelette aux girolles. La nature est généreuse au Canada. On comprend pourquoi les français ont colonisé ces terres dès le 16ème siècle.


Phare de Cape Race  📷  28.8.2015
Ce sont les opérateurs radio de ce phare qui ont reçu le signal de détresse du Titanic le 14 avril 1912  : "Nous avons touché un iceberg"  Le Titanic était à 580 km de là avec 1800 personnes à bord, 700 ont été secourues à temps.
                       C'est ici que Claude a ramassé la coupelle de plaquebières ci-dessous.
Les morues sèchent au vent.
Bivouac à 300 m du phare. Claude part à la chasse aux petites baies et il tombe sur un coin de bakeapple ou plaquebières qui nous ont donné une confiture au goût inconnu, un mélange d'abricot, de miel et de groseille.  Délicieuse ! Cette confiture se vend trois fois plus cher que d'autres, mais nous ne la trouvons pas trois fois meilleure.
A g. les bakeapple ou plaquebières, à dr. les framboises
Les caribous se nourrissent des crakerberries, mais elles ne sont pas assez bonnes pour des confitures.

Middle Cove  30.8.2015
Une plage de galets au N. de St John's réputée pour ses capelans que les gens viennent pêcher par paniers. Entre fin juin et début juillet, des milliers de capelans viennent frayer le long des plages. Les adultes et leurs œufs échouent dans le gravier et les alevins seront ramenés à la mer par les vagues. C'est une manne pour les hommes qui les mangent ou les transformaient autrefois en engrais pour leurs jardins, mais ces bancs de capelans sont surtout une manne pour les baleines et tous les oiseaux de mer.  
                           Photo de photo des capelans, famille des sardines

Parc National Gros Morne et Bonne Bay   📷 1.9.2015
Des noms bien français ! Les basques d'abord, puis les français ont pêché dans les Bancs de l'ouest de Terre-Neuve depuis le 16ème siècle jusqu'en 1904. Ceux qui étaient appelés "déserteurs" s'installaient sur les côtes dont cette Bonne Baie où ils avaient la mer pour ses morues et la montagne pour trapper les animaux à fourrures comme les castors, caribous, renards, coyotes et lièvres.
Claude a trouvé de nouveau des girolles dans le port de Norris Point en bordure du Parc. 
Western Brook Pond   2.9.2015
L'un des plus beaux coins du Parc Gros Morne, une gorge étroite bordée de hautes falaises qu'on peut aller voir de près en marchant 3 km sur des sentiers et des passerelles au-dessus des tourbières et au bord de l'eau. Il est possible aussi de prendre un bateau le long de la gorge.

En balade, on apprécie la végétation particulière des tourbières dont de belles sarracénies pourpres, une plante carnivore qu'on vous a présentée plus haut.
La faille géologique et ses falaises de 700 m de haut.
Arches Parc Provincial  📷  2.9.2015
Un peu au nord, le long de la côte, ce joli groupe d'arches creusées par la mer.


Port au Choix et son phare à Pointe Riche  📷 3.9.2015
On est toujours sur la French Shore, la côte ouest de Terre-Neuve où jusqu'en 1904, les pêcheurs français avaient le droit de pêcher la morue durant les mois d'été. Beaucoup de noms de lieux sont restés français mais prononcés à l'anglaise du genre " Pôtôsoî " pour Port au Choix. J'ai relevé d'autres noms français comme Restaurant Chanterelle, Pistolet Beach, A la Bonne Entente...


Conche, au French Shore Interpretation Centre  📷  4.9.2015
Conche a été l'une des baies les plus prisées par les pêcheurs français entre 1504 et 1904.
L'exposition de Conche explique très bien leur dure aventure. Ils partaient de St Malo en avril et après un mois de traversée, ils laissaient la goélette au large et accostaient en chaloupe sur les côtes de Terre-Neuve. Là, ils devaient se construire des baraques en bois d'épinette pour y vivre tout l'été et des ateliers où ils vidaient les morues et les salaient, pour ensuite les étendre sur les galets ou sur des tréteaux pour les sécher. Ils ramenaient de France des légumes à planter et de la farine pour leur pain qu'ils cuisaient dans des fours en pierre. En octobre, ils rentraient en France avec des tonnes de morue séchée et de morue verte qui était de la morue vidée et mise au sel sur le grand bateau et qui avait besoin d'être séchée à l'arrivée à St Malo. La morue se prêtait bien à cette pêche si loin de la France car c'est un poisson facile à conserver pendant des mois, à cause de sa faible teneur en graisse.
C'était une vie de forçat. A l'époque, il n'y avait pas de nasses. Chaque morue était pêchée avec un hameçon et remontée sur la chaloupe, des poissons qui mesuraient 60 cm de long.
En 1904, la France a cédé son droit de pêche dans les Bancs de Terre-Neuve aux anglais contre des terres en Afrique. Dans les années 50-60, les anglais ont surpêché la morue avec des techniques modernes, d'où un moratoire de l'Etat canadien depuis 1992 qui ne permet plus que 2 semaines par an de pêche, ce qui a ruiné la région. Les pêcheurs cherchent maintenant les crabes, les harengs, les capelans, les homards et autres. Certains se sont attelés à la coupe du bois en forêt ou travaillent dans les scieries et fabriques de pâte à papier.
Le clou de cette exposition est une tapisserie de 66 m de long, faite au point de Bayeux par une dizaines d'artistes brodeuses de France et du Canada, une tapisserie qui raconte l'aventure de nos ancêtres français au Nouveau Monde.

L'Anse aux Meadows   📷  5.9.2015
Tout le monde sait que Christophe Colomb a découvert l'Amérique en 1492, mais ce n'est pas vrai ! Ce sont les scandinaves, les vikings qui sont arrivés les premiers au Nouveau Monde en l'an 1000. Des clous, du bois, des aiguilles en os et les fondations de leurs maisons en tourbe ont été découverts à l'Anse aux Meadows en 1960 grâce à des sagas islandaises médiévales qui racontaient que Leif Ericsson, fils d'Eric le Rouge, était venu avec 60 personnes sur ces terres de l'ouest pour y chercher du bois qui manquait au Groenland et en Islande. 
Parcs Canada a reconstruit les maisons en tourbe qui ont abrité les vikings pendant une dizaine d'années pendant lesquelles ils ont prospecté toutes les côtes canadiennes avant de s'en retourner chez eux au Groenland et en Islande. 
Visite guidée possible en français où l'on est reçu dans des huttes par des figurants vikings    Entrée du site 7 Euros p.p.
Les archéologues ont retrouvé ces pierres rondes utilisées dans les métiers à tisser, preuve qu'ils sont venus avec des moutons.




Flowers Cove  📷   5.9.2015
On peut voir des thrombolites dans très peu d'endroits au monde, en Australie où nous en avons vues et ici à Terre-Neuve. Dans ces pierres blanches sont emprisonnées  les premières preuves de vie sur la terre sous forme de bactéries et d'algues. Elles datent de 3 milliards d'années.

TERRE-NEUVE - LABRADOR  Ferry de St Barbe à Blanc Sablon  📷  6.9.2015
Pour quitter l'île de Terre-Neuve, il faut prendre le traversier: une heure et demie de voyage et 20 euros pour le véhicule et 2 pers. Pas besoin de faire de réservation. Le litre de diesel coûte 0.15 euro de plus au Labrador.
Personne ne parle plus le français, seuls les noms des lieux témoignent du passage des français et des basques qui venaient chasser la baleine le long du Détroit de Belle Isle: Blanc Sablon / L'Anse au Clair / L'Anse Amour / L'Anse au Loup / Belle Isle / Forteau (forte eau)...
En Europe, au 16ème s., on s'éclairait avec des lampes à huile de baleine et l'on fabriquait du savon et des vernis à base d'huile. A Baie Rouge, Red Bay de nos jours, 1000 chasseurs de baleines y passaient l'été des années 1530 à 1620. C'était une activité lucrative mais périlleuse car la chasse se pratiquait depuis des chaloupes avec des harpons.

LABRADOR - TERRE-NEUVE   7.9.2015
On pensait rejoindre le nord du St Laurent à Baie Comeau à 1750 km d'ici. Mais la pluie, le brouillard et le froid (8 degrés) nous ont fait changer d'idée. D'après d'autres voyageurs, cette longue route n'a rien de particulier, ce sont des km d'épinettes et de lacs, sans caribous ni élans.
Le troupeau de caribous au Labrador comptait 800.000 têtes en 1993. En 2014, il en restait 14.000 seulement. En 2015, la chasse est interdite.
Les plages de galets étaient préférées aux plages de sable par les pêcheurs.
Nous avons longé la côte sud du Labrador le long du Détroit de Belle Isle. Les paysages de vallons et collines longeant de belles anses dans lesquelles sont blottis de petits villages n'ont rien de vraiment particulier par rapport à Terre-Neuve et le temps est trop moche pour sortir faire les nombreuses balades proposées. Les baleines et les icebergs peuvent se voir en juin et juillet, c'est trop tard pour nous. Seule l'histoire des baleiniers a retenu notre attention.         
Retour à Terre-Neuve, et direction Port aux Basques au sud de l'île.

TERRE-NEUVE  Le long de la French Shore, côte ouest  8.9.2015
Des petits villages de pêcheurs comme celui-ci abritaient les "déserteurs", ceux qui avaient choisi de ne pas rentrer en France à la fin de l'été. Ils étaient illégaux puisque le Droit de Pêche de la France entre 1713 et 1904 stipulait l'interdiction de résidence permanente.



Nous avons roulé quelque 2000 km dans Terre-Neuve et n'avons vu qu'un orignal femelle, 2 ours noirs et 2 renards. C'est peu. Pas de mâle original à l'imposante ramure. Et pourtant, il y en a 120.000 sur l'île de Terre-Neuve. Ils sont les descendants de 4 orignaux introduits depuis le Nouveau Brunswick en 1904. Dans le Parc National de Gros Morne, ils dévoraient tant de jeunes arbres qu'il a fallu un programme d'éradication contrôlée des orignaux pour que la forêt ne soit pas transformée en prairie. 



Pour nous contacter, utilisez plutôt cette adresse email: lesrabenvadrouille@gmail.com