samedi 23 mai 2020

Carte de notre parcours

Pour plus de facilité pour trouver des sites sur notre blog, employez le moteur de recherche, en haut à droite. →



Où sommes-nous ? Where are we ?

Vue de notre balcon à Montreux, Suisse


12 avril 2020  La pandémie vient d’être reconnue officiellement au Japon. Nous risquons un confinement et préférons rentrer en Suisse. Vol Lufthansa le 14, arrivée à Genève le 15. Lien pour notre page:  JAPON_HONSHU_Nord
2 avril 2020 Vol sur Moscou-Genève annulé. On vient d’obtenir une extension de 3 mois sur nos visas. On va donc continuer notre voyage ici au Japon. 
27 mars 2020 Vol de rapatriement Aeroflot le 5, arrivée le 6 à Genève. Pas ou peu de Coronavirus au Japon. La vie habituelle poursuit son cours.
21 mars 2020 De Kyoto, nous montons vers le nord-est. Lien pour cette page: HONSHU_Sud
13 mars 2020 Nous sommes ces jours sur l’île de Shikoku, l’île aux 88 temples. Nous avons vu nos premiers cerisiers en fleur. 
22 février 2020  Sur l'île de Kyushu pour des oiseaux et autres. Page du blog:  JAPON_KYUSHU
14 février 2020  Ferry pour Nagoya, Honshu sud, 40 heures de trajet.
31 janvier 2020  On a pris le ferry pour Hokkaido où les prévisions annoncent de la neige pour toute la semaine qui vient. Page du blog:  JAPON_HOKKAIDO 
13 janvier 2020  Mauvaise surprise. Le véhicule qu’on a loué n’est pas un camping-car, c’est un simple van. Temps superbe, ensoleillé, excellent pour trouver nos premiers oiseaux. 
2 janvier 2020 Le soir du 31, nous sommes sur le Strip de Las Vegas avec 320.000 autres touristes veillés par 1.500 policiers. Feu d’artifice très moyen offert par plusieurs casinos, beaucoup d’alcool.
19 décembre 2019 A Kanab, joli cadeau de Noël pour Claude qui a gagné à la Loterie le droit d'aller voir la Vague de pierre. C'était le quinzième essai.
11 décembre 2019  Las Vegas pour organiser le gardiennage de notre camper pendant nos 4 mois au Japon et autres soucis de voyageurs.
12 novembre 2019  De retour au Nouveau Mexique pour le site de De-Na-Zin Wilderness, puis Bosque del Apache pour le Festival des grues. 
Ouvrir avec ce lien: NEW MEXICO
20 octobre 2019  Nous sommes entrés sans problème aux USA par une petite frontière du Maine, à Limestone. Cliquer ici:  USA Est-Centre
La page du Nouveau Brunswick est terminée. Cliquer ici: Nouveau Brunswick
12 octobre 2019   Au Nouveau Brunswick, c'est le meilleur moment pour les couleurs d'automne. On est éblouis. La page Nouvelle-Ecosse est terminée:  Nouvelle-Ecosse
4 octobre 2019 En Nouvelle-Ecosse, il pleut beaucoup et les couleurs automnales sont bien timides. 
24 septembre 2019  Après 80 jours bien remplis sur Terre-Neuve, on rejoint Nova Scotia. Les pages Terre-Neuve sont à jour:Terre-Neuve 1        Terre-Neuve 2
4 juillet 2019  On arrive à Port-aux-Basques sur Terre Neuve. 
27 juin 2019  Route vers Terre-Neuve par le sud. Malchance pour les insectes piqueurs qui pullulent cette année: maringouins, mouches noires et brûlots. 
Page Québec  ➽ ici
1er juin 2019  On entame notre 24ième année sur les routes en visitant les Chutes du Niagara. 
13 mai 2019  Incroyable cette migration des parulines! Des milliers s’arrêtent dans ce Magee Marsh pour se reposer. Ouvrir ici: http://lagrandemigration.blogspot.com/2015/07/usa.html
29 avril 2019  Pour cette dernière étape aux USA, nous cherchons quelques oiseaux dans le centre puis dans l’est: Colorado, Kansas, Nebraska, Iowa jusqu’à Toledo en Ohio.
2 avril 2019 En pleine forme pour reprendre la route d’abord vers Yosemite pour deux chouettes, puis vers le Québec pour la dernière fois.
7 mars 2019  On se repose encore en Suisse jusqu’à fin mars. MJo va de mieux en mieux.

mardi 14 avril 2020

JAPON

Du 8 janvier au 14 mai 2020  En bas de cette page, les informations générales et les renseignements pratiques 
           Une geisha que Claude a prise en photo à Bangkok lors d'une exposition sur le Japon

  Cliquer  ➽   JAPON_HONSHU_Nord
1 Lake Inbanuma,  2 Narita-san Temple Shinshoji,  3  Saitama, Minuma Nature Park,  
4  Kawajima, au NE, Kitamoto Nature Observation Park,  5  Yanaka Lake,
6  Nagano, Zenkoji Temple,  7  Jigokudani, Monkeys Park, 8  Nikko, Tosho-gu Sanctuary,
9  Ferry Honshu-Hokkaido 10 Mt Fuji  11 Matsumoto  12 Karuizawa  13 Choshi
Cliquer  ➽   JAPON_HOKKAIDO
1 Ferry Hakodate  2  Sapporo, Snow and Ice Festivals  3 Tsurui / Kushiro Wetlands National Park
4  Lake Hichirippu  5 Cape Nosappu  6 Hanasaki Lighthouse Stone  7 Tobai Bird Hide
8 Notsuke Peninsula  9 Rausu  10  Ramasseurs d'algues  11 Ferry Tomakomai-Nagoya


Cliquer  ➽  HONSHU_Sud
1 Ferry Hokkaido-Nagoya  2 Akiyoshido Karst Plateau  3 Miyajima Island  4 Route du centre
5 Ponts pour Shikoku  6 Shikoku Matsuyama Temple 51 Ishite-ji  
7 Shikoku Temple 45 Iwaya-ji  8 Village des épouvantails Nagoro et ponts de lianes
9 Shikoku Rivière Iya  10 Shikoku Temple 75 Zentsu-ji  11 Kotohira Konpira san Temple
12 Takamatsu Ritsuri Garden  13 Ferry de Tokushima à Wakayama 14 Nara Park
15 Kyoto  16 Torii sur Lac Biwa  17 Eihei-ji Zen Temple

 Cliquer  ➽    JAPON_KYUSHU
1 Cranes Information Center, Izumi  2 Kagoshima  3 Yakushima  Udo Shrine  
5 Aoshima Island  6 Mt Aso  7 Usuki, Stone Bouddhas  8 Beppu  9 Kitsuki
10 Yanagawa  11 Yutoku Inari Shrine  12 Floating torii  13 Mt Unzen  14 Nagasaki
15 Torii blanc


Voici les informations générales et les renseignements pratiques 

Nous voulions venir au Japon avec notre camping-car en transitant par la Corée. De la Corée, il est facile de prendre un ferry pour le Japon. Ni la Corée, ni le Japon ne demandent le Carnet de passage quand on arrive par le ferry. Juste avant d’organiser le shipping depuis Vancouver, j’ai écrit à la dame coréenne qui s’occupe de faire sortir les véhicules des containers et elle m’a signalé que les immatriculations suisses ne pouvaient pas avoir le permis d’entrer en Corée. Pas de problème pour les hollandais dont nous suivions le blog. Des voyageurs suisses nous ont conseillé d’arriver en container à Vladivostok, Russie et de là, entrer au Japon en ferry. Pas de problème avec la douane quand on arrive avec le ferry.
Pour préparer ce voyage, nous avons pris des infos sur https://landcruisingadventure.com/, un couple de hollandais, Karin et Coen, qui ont voyagé plusieurs mois en camping-car en Corée et au Japon. C’est Karin qui nous avait conseillé de transiter par la Corée pour ensuite prendre un simple ferry pour passer au Japon.


Finalement, après avoir étudié les problèmes de shipping de notre camping-car, d’achat ou de location d’une voiture, nous avons décidé de venir au Japon en sac-à-dos.


Option 1  Acheter une voiture au Japon: cela n’a pas l’air facile quand on est étranger et qu’on n’a pas d’adresse au Japon. Faut-il avoir un prête-nom japonais ?
Option 2  Louer un véhicule est facile:  www2.tocoo.jp/en : C’est la moins chère des agences de location de voiture mais ils n’acceptent pas de louer pour plus de 28 jours à la fois. Pour nos 4 mois, il aurait fallu faire chaque mois une résiliation et une nouvelle réservation avec les frais que chaque transaction implique. Ils ne louent pas de campervan, seulement des minivans non aménagés pour dormir dedans. Les moins chers coûtent entre 45€ et 60€ par jour. Les agences plus chères comme Avis et Rent a Car ont aussi des locations de 28 jours à la fois.
Option choisie  Location d’un camping-car:
Plusieurs amis nous avaient conseillé de louer un campervan chez japancampers.com  Leur site est très bien fait. Ils proposent différents modèles de campers. Nous avons choisi le Mid-size Campervan Bongo et demandé leur quotation. Après plusieurs mails et quelques rabais, nous avons accepté le prix de 850.000¥ pour 125 jours, soit 56€ par jour  10% pour pneus d’hiver et chauffage inclus du 10-01-2020 au 14-05-2020.
Quand notre camper nous a été amené, on a été stupéfaits. Ce n’est pas un camping-car, c’est un van.


La mousse du matelas occupe toute la place arrière, donc on n’a pas d’espace de vie. Soit on est au volant, soit on dort. Pour libérer les deux sièges sur lesquels repose la planche du lit, il faut faire une manipulation peu amusante: plier le matelas en deux et glisser la moitié de la planche sur l’arrière, ce que Claude ne veut pas faire tous les matins et tous les soirs.
La cuisinière est un simple camping-gaz avec une mini-cartouche de gaz. Ce n'est pas avec ça qu'on peut faire de la cuisine.
On n’a aucun espace pour se déshabiller ou se laver. Dur, dur, on n’était pas préparés à vivre avec autant de contrainte. On pensait avoir loué un camping-car.

André, le manager, en voyant notre tête, nous a proposé un vrai camping-car, un Nissan Caravan, exactement ce qu’on attendait, sauf le prix, un tiers plus cher que le van, soit environ 74€ par jour x 125 jours, prix discount pour une location de 4 mois, plus 10% pour le chauffage et les pneus neige.

Le 10-4-2020, on apprend que 40 Préfectures ont basculé dans l’état d’urgence à cause de la pandémie due au coronavirus. On décide de rentrer en Suisse car on ne veut pas risquer un confinement de plusieurs semaines au Japon dans un van qui n’est pas un camping-car, donc pas adapté pour un confinement de longue durée.


Chauffage: c’est un Eberspacher qui fonctionne super bien. Il est à l’essence, contrairement au nôtre qui est au diesel. Japan Campers nous a conseillé de le laisser tourner à haute température toute la nuit ou tout le jour, quitte à ouvrir les fenêtres s’il fait trop chaud. Le mode d’emploi indique une consommation de 2 litres par nuit. Mais à voir l’aiguille de notre compteur, il semblerait que c’est plus.


Permis de conduire: les suisses, les français et d’autres nationalités doivent avoir leur permis de conduire original traduit en japonais. Il faut entre 30 minutes et 2 jours pour l’avoir. 
On aurait pu faire faire cette traduction nous-mêmes à la Fédération Automobile Japonaise. Mais c’était bien plus simple de la demander directement à Japancampers. Ils la facturent à 7.000¥ au lieu de 3.000¥ à la Fédération, soit 60€ au lieu de 26€. Il a suffi de leur envoyer la photo recto et verso du permis national original, pas le permis international.

Un permis international valable doit aussi être présenté au départ.


Visa d’entrée:
Pas besoin de visa avant l’arrivée. A l’aéroport, on donne 90 jours aux français, suisses, belges, canadiens... Il faut aller dans un Bureau d’Immigration avant l’échéance pour obtenir une prolongation qui sera facturée 4000¥ soit 35€. Impossible d’avoir plus de 6 mois sur une année. 

Les hôtesses de Nippon Airways nous ont expliqué que normalement on a droit à 3 mois, pas 4 mois, mais qu’elles nous laissent prendre l’avion et ce sera notre responsabilité de changer la date de notre retour au cas où nous n’obtenions pas de prolongation de visa.


On vient d’apprendre, au Bureau d’immigration, que la Suisse a une convention avec le Japon donc les suisses peuvent rester 6 mois, les premiers 3 mois gratuits et la prolongation de 3 mois payante, 4000¥ soit 38.- frs ou 35€. 
Mais pour les français et plusieurs autres nationalités, aucune convention. Ils n’ont droit qu’à 3 mois gratuits à l’entrée et doivent impérativement sortir du Japon et y entrer de nouveau, pour obtenir encore 3 mois. Habituellement, les voyageurs prennent le ferry pour la Corée du Sud et obtiennent de nouveau 3 mois à leur ré-entrée au Japon. 
Mais avec la pandémie, les ferrys sont bloqués. Dans 4 bureaux d'immigration, ils ont refusé de nous donner une extension. Enfin, au Bureau central d'immigration de Tokyo, le problème étant plus grave avec les vols annulés, on a obtenu 3 mois d'extension.





Vol Las Vegas-Tokyo-Las Vegas: 525€ p.p., une escale de 2h à l’aller à San Francisco, une escale de 2h au retour à Los Angeles. Le vol complet dure 13h. Entre San Francisco et Tokyo, on a 11h de vol et 17h de décalage horaire qu’on n’a presque pas ressenti, 2 nuits seulement pour se remettre au rythme.
.
Vol avec Alaska Airlines jusqu’à San Francisco. Vol avec ANA, All Nippon Airways jusqu’à Narita/ Tokyo. Nous recommandons vraiment Nippon Airways car on a de l’espace pour les jambes et des repas excellents en qualité et quantité sans oublier la gentillesse des hôtesses.
Pour ne pas conduire dès le lendemain, on a demandé deux nuits à la Guesthouse de Japan Campers. Normalement, ils offrent une seule nuit pour une location. Comme nous arrivions en dehors des heures de bureau, nous avons pris un taxi pour rejoindre la Guesthouse, 3.800¥ soit 33€.

Les routes et maps.me:
Télécharger maps.me, mais le régler dans Paramètres / Réglage de détour / Eviter les routes à péages.  Les routes Express sont payantes et très chères. Elles sont en vert sur les panneaux. Pour 40km, le péage coûtera en moyenne 9€.
 Les routes nationales sont gratuites. Elles sont en bleu et limitées au 50km/h. Il y a toujours une route bleue possible, plus longue, mais gratuite. 
La conduite est à gauche. Claude s’est trompé deux fois de côté dans les premiers jours.
Tokyo et ses satellites fait 33 millions d’habitants. Nous avons passé plusieurs jours à chercher des oiseaux qui ne vivent que dans cette région. La circulation est d’une lenteur désespérante. C’est plein de feux rouges. On n’avance pas et quand c’est dégagé, la limite de vitesse est de 40km/h. Il faut compter 2 heures pour 50km ici au Japon.
Plus au sud, dans la région Nagoya, Kyoto, Osaka, sur 100km carrés, c’est crevant autant pour le chauffeur que pour la navigatrice: bifurcations continuelles d’une route sur l’autre, feux rouges. C’est la galère et sans maps.me, ce serait le naufrage. Bref, on fait 80km d’une matinée entière. Non seulement on n’avance pas, mais en plus, il n’y a rien à voir, que des maisons sans cachet et des supermarchés.

Le gars de Tokyo qui veut aller voir les grues ou autre à Hokkaido au nord ou à Kyushu au sud, doit prendre l’avion ou les trains express, si non, il passera une semaine sur les routes nationales ou trois jours par les routes express simplement pour l’aller. Ces deux endroits ne sont pourtant qu’à 800km à vol d’oiseau.


Il est très facile de se diriger car les routes sont numérotées et les bifurcations très bien indiquées. Je (MJo) dois être très attentive à suivre maps.me sur ma tablette car il faut souvent tourner à dr. ou à gauche. Les routes sont étroites, pas faites pour les gros véhicules. Notre van passe partout. 
Les routes sont beaucoup plus abîmées qu’en Europe, rafistolées de partout sans aucun souci des vilaines jointures, jamais à niveau. Impossible de prendre une note sur ma tablette.
A savoir: Les piétons et cyclistes sont toujours prioritaires et il faut absolument s’arrêter avant chaque passage à niveau.


Essence:
Le prix varie énormément d’une pompe à l’autre et n’a rien à voir avec l’idée de ville/campagne.
Il était de 141¥ soit 1.22€ chez un Shell au nord de Tokyo pour l’essence Regular, puis 158¥ soit 1.35€ dans un Eneos, 1.46¥ soit 1.26€ dans un Shell, 145¥ soit 1.25€ etc.

Pour le moment, j’ai toujours payé avec ma MasterCard.
Le diesel est environ 0.15€ de moins que l’essence Regular.
On nous fait la coubette quand on arrive et quand on repart, mais souvent, ils n’ont pas une goutte d’eau pour nettoyer le pare-brise.


Où dormir ?
Pas de problème pour dormir dans son véhicule au Japon. Le plus facile est de se parquer dans les michi-no-eki, ↑ des aires de repos. Il y en a beaucoup, plus de 1300 autant en campagne qu’en ville. Elles ont des toilettes publiques, une vente de boissons et de repas et un comptoir d’informations touristiques avec cartes. 
On y dort en toute sécurité. Pas toujours de wifi. Chercher les michi-no-eki dans maps.me (Il en manque beaucoup), le mieux est dans Google MapsJapan Campers nous a fourni un iPad avec tous les michis-no-eki et les onsens, sources chaudes.

En plus d’y dormir gratuitement, ces aires de repos michi-no-eki vendent des produits locaux comme fruits, légumes, poisson, tofu, spécialités régionales. Ce sont les fermiers et les communautés locales des alentours qui vendent leurs propres produits... 
Parfois, dans les zones urbaines, quand il n’y a pas de michi, on a dû payer un parking pour la nuit: 9-12€. Dans les agglomérations, il est pratiquement impossible de faire du camping sauvage car tous les espaces qui ont l’air libre sont privés. Nous avons fait du camping sauvage en pleine campagne, au bord d’un lac ou d’une forêt où il n’y a pas d’interdiction de bivouac.
Souvent, pour dormir, nous préférons les petits parkings des supérettes ou Kombinis 7/11, Lawson et Family Mart plutôt que les grands michi no eki. Les supérettes, il y en a partout.
Il faut simplement bien regarder les signaux très parlants: parking interdit la nuit 

Sécurité: 
Le Japon est un pays très sûr. Pas de corruption.

Argent:
Le Japon est un pays où l’on paye le plus souvent en liquide. Les meilleurs distributeurs ATM sont  dans les supérettes 7/11. On a vu des ATM  ailleurs mais ne les avons pas utilisées. Mastercard et Visa sont acceptées partout. Ils donnent 100.000¥ par retrait soit 865€.
Budget final:
A cause de la pandémie, nous rentrons après 3 mois au Japon au lieu de 4. Les comptes n'incluent pas les frais dus au changement de programme (résiliation du van, frais de rapatriement).
Frais d'avion Las Vegas-Tokyo A/R: 1.125€
Frais de location du van pour 90 jours: 5.260€
Frais d'essence: 1.500€ pour 9.000 kilomètres
Frais de nourriture, parkings, entrées de sites, extension de visa: 2.130€
Frais de ferrys: 700€
Un total de 10.715€ pour 3 mois soit 3.570€ par mois. 


WIFI:
Aux 7/11, on a droit à la wifi pendant une heure, renouvelable jusqu’à un maximum de 3 heures. C'est là qu'on a les meilleures connexions. Télécharger l’app « japan wifi » sur l’ iPad et simplement, cliquer Connect devant les différents wifi publics. Sur le Mac, on ne peut pas avoir « Japan wifi ». Il faut mettre  simplement qu’on accepte la connexion par Google et notre compte gmail ou aol.
Aux Lawson, on peut avoir 5 heures de wifi.
Les Family Mart sont une autre supérette pour manger sur le pouce souvent avec wifi.
Les Michi-no-eki ont parfois la wifi.


Toilettes publiques:
Dans les 7/11, les Lawson, les Family Mart, les parkings des Parks, on peut trouver des toilettes publiques. 
Les lunettes des WC sont chauffées et une petite musique ou un bruit de rivière démarre quand on s’assied. On peut aussi appuyer sur des boutons pour actionner un jet d’eau chaude pour se laver devant et/ou derrière. Je ne m’en prive pas, je trouve ça génial.
Deux bémols: l’eau est glacée pour se laver les dents et se donner un coup de lavette au visage / Pas de papier pour s’essuyer les mains, mais des machines soufflantes inefficaces, d'ailleurs la moitié des gens ne se lavent pas les mains en sortant.



Fast Food à la japonaise:       
Les japonais mangent facilement hors de chez eux. Chaque jour, des plats cuisinés leur sont proposés dans toutes les supérettes. Ce sont des repas complets à l’emporter. C’est toujours des produits frais, c’est propre et délicieux.
Comme je l’ai expliqué plus haut, nous avons un van sans espace pour faire de la cuisine à part sur une tablette sous le hayon arrière. Nous sommes donc devenus pour la première fois de notre vie de voyageurs, des clients assidus de ces plats cuisinés par d’autres que nous.
On a de la chance d’être au Japon car leurs plats sont de très bonne qualité, variés, excellents et présentés avec art. Ils coûtent 4-5€ pour un repas copieux. Ce sont les Bentô. Les faire chauffer dans leur micro-ondes. C’est à chaque fois la surprise, une bonne surprise quand on les déguste car on choisit au hasard. On a même trouvé des spaghettis carbonara pour 400¥ soit 3.50€

Choix incroyable de repas ↑ dans un 7/eleven. Les supérettes ne font pas restaurant. Les clients japonais s’en vont chez eux avec leur repas ou le mangent dans leur voiture. Nous, nous le mangeons assis dans notre van.

Les Onigiri sont des boules ou des triangles de riz fourré avec de la viande, du poisson, des légumes, champignons ou autre. La fine feuille d'algue qui les emballe est délicieuse. Super pour le goûter avec une bonne tisane: 1-2€.

Les petits déjeuners Pain/Beurre/Confiture: on oublie. On se plaignait du pain américain, mais le pain japonais est pire. C’est de la mie blanche agglomérée et insipide. On a dû se mettre aux soupes, les Ramen qui sont proposées en un vaste choix: avec légumes, viandes, poissons, nouilles. Les meilleures soupes sont les Knorr, cocorico.
On a trouvé des yaourts excellents et pas cher.

Pour nous éviter de sortir notre camping-gaz, nous avons acheté un Thermos et allons « emprunter «  de l’eau chaude dans les supérettes.
Les fruits sont cher. Une pomme, une orange ou une banane coûtent 150-300¥ soit 1.50€ à 2€ pièce, un pomelo à 12€. On a vu des vergers rouges de pommes en train de pourrir sur le sol: on ne comprend pas. 


Eau potable:
En général, l’eau est potable partout.

Cigarettes Camel 360¥ soit 3€

Poubelles: pas de poubelles publiques sauf dans les 7/11. On remplit les sacs poubelles rapidement car les japonais emballent, ré-emballent, sur-emballent... ce qui donne des tonnes de plastique.

Comme partout dans le monde, quand on marche dans des coins isolés pour nos oiseaux, on trouve des vieux frigos, TV, sofas, des canettes de boissons, des mégots. Les coins de nature sauvage sont parfois des dépotoirs. Les crétins sont partout. Ce n'est pas le Mexique, mais arrêtons d'avoir cette image d'un Japon hyper propre. Ceux qui voyagent dans les sites touristiques ne s'en rendent pas compte.

Pollution: Systématiquement, les japonais laissent tourner leur moteur quand ils s’installent dans leur voiture pour y écrire leurs textos, y manger ou y dormir ou aller faire leurs courses. Leur moteur tourne pendant des heures, parfois même des nuits. D’où certains parkings avec ce signal: ↑ enlever la clef de contact, signal auquel peu obéissent d'ailleurs. Les américains et les canadiens ne sont pas meilleurs et nous n’avons jamais vu de signaux d’interdiction chez eux.
Un comble: Comme j’avais envie de griller une cigarette et que le jeune gars à côté était au téléphone depuis une heure, moteur allumé et fenêtres fermées pour son chauffage, je suis sortie fumer. Il a mis sa main pour me cacher de sa vue, mais insatisfait, il est allé se parquer plus loin. La simple vue d’un fumeur est insoutenable alors que des dizaines de moteurs de voitures à l’arrêt pendant des heures ne les dérangent pas. Il aurait fallu que j’aille fumer ma cigarette à 200m de là à côté d’un cendrier publique.


Problème de langue:
Nous n’avons rencontré que 7 japonais parlant pas trop mal l’anglais durant nos 3 mois de séjour. Pourtant, ils sont 130 millions d’habitants. Le gouvernement n’a pas jugé indispensable que ses habitants parlent une autre langue. C’est surprenant pour un pays si moderne.  
L’anglais est enseigné dans les écoles par des professeurs japonais qui privilégient l’écrit car leur anglais est de très bas niveau, d’où la quasi impossibilité pour leurs élèves d’entretenir une conversation simple. Le Département de l'Education nationale n'a paraît-il pas d'argent pour payer des professeurs de langue maternelle anglaise. Pas d'argent ou pas la volonté que les japonais s'ouvrent trop aux cultures étrangères???
Les japonais que nous croisons et saluons dans les Parcs où nous nous promenons, semblent ne pas nous voir. Par contre, dans toutes les supérettes, nous ne sentons pas de rejet. Au contraire, les serveurs sont très gentils avec nous.

Nous avons mis Google Translater sur mon ipad. Nous écrivons notre question en français et montrons la traduction en japonais. Ce n’est pas concluant car il me semble ne pas être bien comprise. La réponse se fait par gestes et mimiques ou ils écrivent sur leur portable et nous montrent la traduction en anglais. Une fois dans les environs de Tokyo, nous avons demandé conseil à deux policiers. Ils nous ont présenté leur tablette et de vive voix, en français, nous avons posé notre question. Puis nous avons pu lire leur réponse en français.


Japonaiseries:
-C’est incroyable le nombre de personnes qui portent le masque blanc ↑  recouvrant la bouche et le nez autant dans les endroits publics que dans leur propre voiture. Ils le portent pour se protéger et protéger les autres. C'est une coutume bien antérieure à l'épidémie du Coronavirus qui sévit en Chine en ce moment.
Les japonaises portent très souvent des jupes larges ou des pantalons-jupes très larges, même quand il fait froid.
                                            Une petite voiture cube et notre van
-Les petites voitures cubes pullulent, idéales pour les parkings et les routes congestionnées. J’ai (MJo) déjà choisi la mienne! Elles me plaisent beaucoup.
-Quand on s’excuse pour quelque chose, on se couvre le visage des deux mains pendant 2-3 secondes.
-Pour dire ‘non, ce n’est pas permis’, on croise les bras ou les doigts en X.
-Se moucher en public est impoli. Mieux vaut renifler fort. 
-Faire la bise ou toucher une personne inconnue est impoli.
-Jamais de bruit de klaxon
-Pas vu un seul obèse depuis les dizaines de surpoids divers à Las Vegas
-Bizarre ces japonais. Ils ont une vitesse limitée à 40 ou 50km/h, trop lent pour nous, mais sur des routes enneigées ou verglacées, sinueuses et étroites, ils roulent à la même vitesse, trop vite pour nous. Dans un blog anglais, j’ai lu le même étonnement.
-Ils grillent très souvent les feux rouges et oublient d'allumer leurs phares dans les tunnels.
-Rire fort ou parler fort est inélégant’, me dit Naomi, une jeune japonaise faisant une enquête sur le ressenti des touristes. 
-De même, ´saluer des inconnus’ ne se fait pas, sauf sur les sentiers de marche. (Naomi)
-´En vous voyant, les gens savent qu’ils ne pourront pas communiquer vu leur niveau d’anglais, alors ils préfèrent vous ignorer. Je m’en excuse de la part des japonais’ Naomi dixit.
-Nous on lève le pouce pour dire OK. Les japonais eux font un très joli signe en réunissant le pouce et l’index pour former un O.
-Des groupes de motards trouvent très malin de diffuser des bruits infernaux depuis leur bécane quand ils passent près de gens qui dorment.
-Les maisons sont aveugles. Des rideaux blancs et épais bouchent toutes les fenêtres. J’ai l’impression que les japonais n’aiment pas la lumière du jour ou le soleil. 
-Cette dernière japonaiserie nous a beaucoup énervés. Dans les parkings, des dizaines de moteurs tournent. Les japonais les laissent allumés pendant des heures entières et des nuits entières. Ils sont en train de faire des courses, sur leurs téléphones, ils dorment. Ils n’en ont rien à faire du bruit et de la pollution.





Pour nous contacter, utilisez plutôt cette adresse mail: lesrabenvadrouille@gmail.com

vendredi 27 mars 2020

JAPON_HONSHU_Nord

1  Nous sommes au pays du soleil levant. Ici, il se lève au bord du lac Inbanuma, à l’est de Tokyo. GPS: 35.803437, 140.252758
En japonais, Japon se dit Nippon et signifie « origine du soleil », d’où l’expression « pays du soleil levant ».

1 Lake Inbanuma,  2 Narita-san Temple Shinshoji,  3  Saitama, Minuma Nature Park,  
4  Kawajima, au NE, Kitamoto Nature Observation Park,  5  Yanaka Lake,
6  Nagano, Zenkoji Temple,  7  Jigokudani, Monkeys Park, 8  Nikko, Tosho-gu Sanctuary,
9  Ferry Honshu-Hokkaido 10 Mt Fuji  11 Matsumoto  12 Karuizawa  13 Choshi 



Voici le lien pour télécharger nos signets: ➽ Nos Signets Honshu Ouvrez la liste via votre MAPS.ME 


Vert / Green  Dormir / Sleep

Pourpre / Purple  Sites intéressants / Interesting sites

Marron / Brown  Autres info: parkings, supermarchés etc. / Varied info: Parkings, supermarkets etc.





Le canard à faucilles / Falcated Duck

Priorité Oiseaux   10/15-1-2020
Pour nos premiers jours au Japon, nous sommes partis vers des points d’eau ou des forêts recommandés par les ornithologues.
Sur les 199 espèces de notre liste d’oiseaux possibles au Japon, nous en avons trouvé 17 ici. Ci-dessus, le canard à faucilles / Falcated Duck qui ressemble à notre sarcelle d’hiver, sur le Lac Inbanuma.

On a déjà ressenti deux petits tremblements de terre.

2 Narita-san Temple Shinshoji  GPS: 35.786573, 140.3206   15-1-2020
Deux jolies japonaises en kimono ont accepté que Claude les prenne en photo à l’entrée du temple.
La Pagode à 3 étages date de 1712. Elle contient 5 statues de Bouddha.
C’est un temple bouddhiste qui attire des centaines de pèlerins chaque jour. Tous les matins, des prêtres accomplissent le rite secret de Goma qui, depuis les temps anciens, va faire des miracles et donner des faveurs divines aux fidèles. On peut acheter des talismans et des amulettes pour attirer la chance et la protection des dieux. Entrée du temple gratuite, parking 800Y soit 7€
La Salle Gaku-Do date de 1861. Ici sont exposées les tablettes votives offertes par les dévots.
La Salle Komyo-Do, sa structure colorée et ses 3 Bouddhas date de 1701, époque Edo.
La Grande Pagode de la Paix date de 1984. Elle contient des statues des Bouddhas ainsi qu’une salle de pratique des écritures bouddhistes en calligraphie japonaise traditionnelle.
L’une des portes d’entrée de la Pagode de la Paix
L’intérieur du temple de la Pagode de la Paix
La Salle Shaka-Do date de 1858 avec le Bouddha Sakyamuni au centre.

3  Saitama, Minuma Nature Park GPS: 35.904851, 139.696838   
16-1-2020
Ce matin depuis Narita vers l’ouest pour 73km, on a fait de 7.00h à 11.00h.
La princesse de ce Park est la Sarcelle élégante /  Baïkal Teal, signalée par des ornithologues dans ebird.com. Elle n’est plus en danger mais elle est assez rare. Elle s’est arrêtée dans ce lagon pour quelques jours.
Elle niche dans l’est de la Russie et passe l’été dans l’est de l’Asie.

4  Kawajima, au NE, Kitamoto Nature Observation Park   GPS: 36.012229, 139.51123    17-1-2020
Très jolie Réserve avec de nombreux trails et plein d’oiseaux.
La belle mésange variée / Varied Tit n’était pas une inconnue.


5  Yanaka Lake  GPS: 36.215641, 139.6738  19-1-2020
Jolie Réserve pour nos oiseaux et jolies balades.
Un petit nouveau, le roselin à longue queue / Long- tailed Rosefinch
Pierre tombale d’un petit cimetière perdu dans les roseaux. Les trois singes sages gravés sur la base symbolisent les trois principes du bouddhisme Tendai : ne pas regarder le mal, ne pas le dire, ne pas l’écouter.

6  Nagano, Zenkoji Temple  GPS: 36.661394, 138.187845  22-1-2020
Nagano a eu une renommée mondiale lorsqu’elle a organisé les Jeux olympiques d’hiver en 1998. Les Alpes japonaises avec des immenses stations de ski, les plus vastes du monde, sont dans un rayon de 50km à l’est et à l’ouest de Nagano: à l’est, Shiga Kogen consiste en 21 domaines skiables reliés entre eux par plus de 80 pistes. 
Le Temple Zenkoji est un lieu de  pèlerinage qui attire des millions de fidèles. 
Entrée: 1000¥ soit 8.60€ ou 500¥ par temple soit 4.30€. Parking obligatoire, 500¥ pour 2 heures soit 4.30€.
Nous n’avons pas pris de billet. Nous nous sommes contentés de nous promener autour des pagodes.
Le Temple principal: pour 500¥ soit 4.30€, on peut descendre dans un tunnel tout noir symbolisant d’abord la mort puis la renaissance en touchant la clef du paradis. Claustrophobes s’abstenir car il faut avancer en palpant le mur et en évitant les autres jusqu’au moment où l’on touche la clef du salut.
En 552, le premier Bouddha arrivait au Japon depuis la Corée. Le temple actuel date de 1707, il est classé Trésor national.
A l’entrée, Binzuru, disciple de Bouddha et guérisseur. Les visiteurs viennent le toucher aux endroits correspondants à leurs maux d’où une usure spectaculaire.
Rinzo ou Kiozo Temple de 1759: à l’intérieur, les fidèles peuvent faire tourner un immense moulin à prières qui contient un set complet de sutras bouddhistes très anciennes. C’est comme s’ils lisaient eux-mêmes les saintes écritures.
Ces 6 statues, les Jizo- Bosatsu, sont très populaires parmi les japonais. Ce sont les protecteurs des 6 royaumes par lesquelles les âmes transmigrent pour arriver à l’illumination.
Ce Jizo-Bosatsu en bronze de 1722 est le protecteur du temple contre les incendies. Les premières pagodes ont brûlé onze fois.

7 Jigokudani, Monkeys Park   GPS: 36.732673, 138.461998   22-1-2020
Nous sommes au NE de Nagano dans les Alpes japonaises à 866m d’altitude.
Un sentier de 1,6 km mène aux sources chaudes des singes des neiges. C’est un sentier facile, mais recouvert de neige, de verglas ou de boue. Entrée: 800¥ soit 7€.
Dans les années 60, deux groupes de singes des neiges venaient se baigner dans une petite source d’eau chaude dans une crevasse. Les locaux ont décidé de leur construire un plus grand bassin, un onsen, le même que ceux des humains, bassin qui leur a convenu.
Devenu Parc protégé en 1964, ils ont alors commencé à leur jeter des graines pour qu’ils restent plus longtemps visibles. Mais ils ne les nourrissent que l’hiver. Au printemps et en été, les singes vivent dans la forêt dans un périmètre de plusieurs kilomètres pour déguster les jeunes bourgeons, les fleurs et les petits invertébrés. En automne, ils ont les fruits et les noix diverses.
Ces singes sont des macaques japonais (Macaca fuscata) qui survivent à des températures de -15° C. Ils sont environ 200. Ils vivent 25-30 ans.
C’est quand il fait très froid qu’ils se plongent dans les eaux chaudes pour se réchauffer. Lors de notre visite, il faisait 2-3°. Un seul bébé a pris son bain devant nous. Les adultes venaient boire l’eau chaude du bassin.
C’est vraiment une expérience exceptionnelle de pouvoir observer des singes dans leur habitat. Ils sont tellement habitués aux visiteurs-voyeurs qu’ils ne font pas attention à nous. Ils passent dans nos jambes et personne ne doit ni leur parler, ni les toucher, ni leur donner à manger, ni même les regarder dans les yeux. Les gardes du Parc y veillent.
Ils ont un comportement absolument naturel, réglant leurs conflits de hiérarchie par des cris, grimpant comme des fous les falaises abruptes, passant des heures à faire le toilettage de leur voisin. Leur fourrure doit être impeccablement propre et ils croquent les poux qu’ils dénichent.
Ils assurent la relève. Leur face est plus ou moins rouge. Elle sera rouge foncé au moment des accouplements.
Ils ont les mêmes mains que nous, le même nombre de dents et les mêmes expressions faciales montrant la colère, l’étonnement ou l’indifférence. Mais ils sont de bien meilleurs acrobates et bien plus musclés.

8  Nikko, Sanctuaire Tōshō-gū   GPS: 36.758025, 139.599095   26-1-2020
Ce sanctuaire shintoïste a été édifié en 1634 à la gloire des shogun Tokugawa, riches et puissants entre 1600 et 1868. En 1603, l’empereur légitime leur pouvoir en les nommant shogun. Leur fief est à Edo, un petit village dans les marais qui deviendra Tokyo
Ce sanctuaire est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco. Il est dans un splendide écrin de cèdres gigantesques plantés au 17ème s., don d’un seigneur féodal.
La pagode à 5 étages date de 1650. Elle est un don d’un lord féodal. Elle a été reconstruite à l’identique en 1818 après un incendie. Chaque étage représente un élément vital: la terre, l’eau, le feu, le vent et le ciel. C’est bien dommage qu’ils aient construit cette tente en plastique à ses pieds.
A travers le Torii   ↑    ou porte en granit, l’entrée de l’une des terrasses
Les trois singes sages sont gravés sur les montants d’une étable pour des chevaux de cérémonie. Ils symbolisent les trois principes du bouddhisme Tendai : ne pas regarder le mal, ne pas le dire, ne pas l’écouter.
Cette pagode au toit de style chinois et son bassin de granit ↑  sont un don d’un clan de Kyushu, offert en 1618. L’eau est sacrée et sert au rite de purification. On s’en lave les mains et on en boit une gorgée.
En 1636, les hollandais ont fait cadeau de ce candélabre à Tokugawa, constructeur du sanctuaire et grand chef de clan. Les hollandais, protestants, sont les seuls étrangers à ne pas être interdits de séjour alors que les catholiques ont été bannis du Japon.
La porte Yomeimon, porte du Coucher du Soleil, est absolument superbe.
Les gardiens du sanctuaire à la Yomeimon Gate  ↑↓
Les sculptures mettent en valeur l’œuvre des seigneurs de guerre Tokugawa sur le plan humain et politique. Ils voulaient la Paix et la Prospérité. Ils ont instauré la fermeture du Japon au monde extérieur 'mauvais' et tenu leur population d’une main de fer. Celui qui désobéissait à leurs lois en mourrait.
La sculpture du Chat endormi est célèbre au Japon. Tous viennent le prendre en photo. Il surmonte la porte vers le tombeau du shogun Ieyasu, à l’origine du shogunat.
En français, quand le chat dort, les souris dansent. En japonais, quand le chat dort, les souris ont été mangées.
Pagode de rangement des chaises à porteurs  ↑ ↓ qui servaient au transport des reliques des shogun lors des Festivals

Pendant ces deux premières semaines, on a fait 900 km dans le triangle Tokyo-Nagano-Nikko
On n’a vu qu’une immense agglomération de maisons sans cachet, beaucoup de jardins particuliers pour des légumes, quelques rizières sèches et quelques zones protégées de l’urbanisme pour nos oiseaux. Le Japon n’est-il qu’une immense ville? Heureusement qu’on a quelques magnifiques sanctuaires, reliques du passé, pour agrémenter l’ordinaire. 

En route vers Sendai, des cygnes chanteurs / Wooper Swan
Parmi eux, Claude a trouvé le cygne de Bewick / Bewick's Swan, un petit nouveau, beaucoup trop loin pour la photo.
9 Ferry de Honshu à Hokkaido         31-1-2020
Le port du ferry est à l’ouest de la ville d’Aomori. Nous sommes juste arrivés pour celui de 10h. Tarif d’hiver: 19.020¥ soit 165€ pour le van et deux personnes pour un aller simple, payé avec la carte de crédit. Traversée tranquille de 3.30h. Je ne sais pas le tarif d’été mais c’est plus cher.
Claude a identifié 3 nouvelles espèces d’oiseaux.


10 Mt Fuji  GPS: 35.362761, 138.730488   24-3-2020
Le Mt Fuji est bien sûr un incontournable d’une visite au Japon. C’est l’emblème le plus célèbre du pays. Il fait 3776m d’altitude. Il est actif mais n’a pas eu d’éruption depuis 1707. Des milliers de personnes le gravissent pendant les mois de juillet et août, les deux seuls mois permis. En dehors de cette période, les postes de premiers secours sont fermés.
Pour le voir dans toute sa splendeur, le mieux est d’aller au nord des Cinq Lacs pour avoir son reflet dans les eaux... plutôt qu’une ville et ses lumières au premier plan.
D’abord, nous avons choisi le Motosu Lake GPS: 35.474137, 138.575888  ↑
Ce lac est à 900m d’altitude. Nous y avions un parking bon pour la vue et pour y dormir.
Le lendemain, nous étions au bord du Kawaguchi Lake GPS: 35.515278, 138.737347

Il nous reste une dizaine de jours avant notre rapatriement forcé dû à la pandémie du Coronavirus. 
Au lieu d’aller vers la ville de Tokyo où j’avais pointé quelques endroits à visiter, nous repartons vers le nord et les fleurs de Matsumoto.

11 Matsumoto  GPS: 36.238598, 137.968883  25-3-2020
On s’arrête au Parc du Château. Entrée du château: 700¥ soit 6€
Nous nous contentons de faire le tour du château par les sentiers de promenade.
Le château et son donjon noir et blanc datent de 1595. Le Château du Corbeau est son surnom.

Nous sommes de nouveau 4 jours trop tôt. La floraison commence gentiment. Ce parc est minuscule et c’est la seule zone verte dans la ville.


Pour dormir, nous suivons l’info d’iOverlander (GPS: 36.25824, 137.95503) et nous montons par une route sinueuse sur un plateau alpestre qui domine la ville. C’est bourré de monde surtout des joueurs de cricket, mais après une nuit tranquille, on est seuls pour une balade matinale et on a trouvé une nouvelle espèce de grive, la White ´s Thrush.


12 Karuizawa  GPS: 36.364632, 138.593559  27-3-2020
Karuizawa est un site renommé pour les oiseaux. C'est une station de vacances pour les tokyoïtes à 1000m d'altitude.
C'est une photo de Google car Claude n'avait pas pris son appareil photo. C'est une chèvre-antilope, la Saro du Japon / Japanese Serow. Elle n'est pas souvent vue.
↑↓ Le Faisan scintillant / Copper Pheasant est un oiseau que Claude a cherché pendant des heures depuis le début du voyage. Enfin, le voilà. C'est la 49ième nouvelle espèce identifiée au Japon sur les 199 espèces possibles qui manquaient à notre liste. Beaucoup ne seront visibles que cet été ou lors de sorties en mer.
Lien video pour le faisan: https://youtu.be/hzyaLhie1v8
Celui-ci est le faisan versicolore / Green Pheasant qui plus commun, mais aussi très beau.  ↑↓
Surprise du 29 mars 2020, on se réveille sous la neige. On va quitter Karuizawa pour descendre vers les côtes.
Superbe route 18 dans les Alpes depuis Karuizawa vers l'est, avec beaucoup d'endroits sauvages pour bivouaquer et se balader.

Il fallait qu'on rejoigne Tokyo pour notre vol de rapatriement qui a été finalement annulé. Alors, nous tentons pour la cinquième fois une extension de nos 90 jours de visa le 2 avril 2020. Nous sommes allés cette fois à la Maison Mère de l'immigration au centre de Tokyo. Je ne détaille ni la traversée de Tokyo, ni les difficultés de parking. Nous nous sommes retrouvés parmi 500 personnes ayant toutes le même genre de problème. Rapidement, vue la preuve de nos vols annulés, on nous a octroyé 3 mois supplémentaires pour 4.000¥ soit 35€ p.p.
Partout depuis les 20-25 mars 2020 et pour deux semaines, on voit des allées de cerisiers en fleurs qui sont dans des environnements peu propices à de belles photos car entourées d’immeubles, de grillages etc. Pour voir les cerisiers dans toute leur splendeur, il faut aller dans les parcs publics dans les villes où l’on a des difficultés de rouler et de se parquer. A Tokyo, les parcs les plus populaires sont fermés pour cause de Coronavirus.
 Tout est en fleur partout, des inconnues ↑, des camélias, des magnolias...

13 Choshi Harbour    GPS: 35.743092, 140.858749   4-4-2020
Petite visite de ce port de pêche industrielle au bord de l’océan. 
D’après ebird.com, le cormoran de Temminck/Japanese Cormorant est présent. Nous le trouvons facilement puis repartons vers le nord.
Ils dégèlent le poisson pris dans la glace.
Cette épuisette géante va décharger des tonnes de poissons dans les camionettes des revendeurs.
Estimation de la valeur du lot par 4 acheteurs

Le 5 avril, il neige des pétales de fleurs.


5  Yanaka Lake  GPS: 36.215641, 139.6738  6-4-2020
De retour au Lac Yanaka pour voir deux cigognes orientales signalées par ebird.com. Elles nichent sur un pylône aménagé.
Cigogne orientale / Oriental Stork



Canard mandarin / Mandarin Duck

Pour être loin des villes contaminées, nous remontons à Karuizawa le 7 avril 2020 car l'endroit est réputé pour les oiseaux.  Nous aimerions encore voir le Japanese Woodpecker, un pic au dos vert endémique au Japon. Malgré des heures sur les sentiers en forêt, il est introuvable.
Pour dormir, nous nous parquons sous le nichoir d’un écureuil volant, Giant Flying Squirrel GPS: 36.366329, 138.59227
Il dort toute la journée dans son nichoir et quand il commence à faire bien nuit, il pointe son nez pendant quelques minutes, puis il sort et monte dans l’arbre. Quand il est assez haut, il s’élance vers un autre arbre en tapis volant. Il mange quelques bourgeons, monte plus haut et s’élance de nouveau dans le vide. Nous le perdons de vue au quatrième vol plané. C’est une vision rapide mais incroyable de voir planer un écureuil gros comme un chat. C’est grâce à ses quatre pattes reliées entre elles par une peau qu’il peut voler comme un tapis.

Grave décision: le Coronavirus envahit maintenant le Japon qui a mis en état d’urgence d’abord 9 préfectures: Tokyo et Osaka soit 40 millions de personnes, puis 40 préfectures plus ou moins contaminées. Nous ne voulons pas d’un confinement sévère ici au Japon où la vie dans notre van serait intenable. Nous avons réservé un vol avec Lufthansa sur Frankfurt puis 20 heures après, sur Genève où nous devrions arriver le 15 avril 2020.
A Tokyo, dans le train qui nous mène à l'aéroport d'Haneda 
L'aéroport international est vide à 11h du matin. Toutes les boutiques et restaurants sont fermés.
Lufthansa fait un tarif spécial Coronavirus, moins cher que le tarif habituel: 800€ p.p. pour Frankfurt et 90€ p.p. pour Genève.
Nous avons obtenu nos billets directement par une agente conseillée par l’Ambassade suisse. Par curiosité, nous sommes allés sur le site de Lufthansa et avons demandé un vol pour la même date que le nôtre. Le site nous répondait ´Aucun vol disponible.´
C’est quand même un peu fort de ne pas mettre en ligne ce genre de vol et de remplir l’avion avec 50 personnes au lieu de 350. ↓



Pour nous contacter, utilisez plutôt cette adresse email: lesrabenvadrouille@gmail.com